Publié le 18 Mars 2011

C'est fou ce que ça grandit, des enfants ! Et quand ça grandit, ça prend en longueur, en largeur, en épaisseur... avant z'étaient tout plats les miens, et puis maintenant, il y a un peu plus de matière un peu partout ...

Bon, plus sérieusement, depuis quelque temps effectivement les sangles des enfants passent nettement devant leurs épaules. Du coup, mes découpes dans le dos ne sont plus de la bonne forme, et font des petits bourrelets de tissu peu seyants (et peu pratiques) au niveau des épaules.

Je me suis donc lancée dans une "adaptation" (ou plutôt ré-adaptation) des vêtements qui étaient déjà adaptés, en tout cas pour ceux qui sont passés par-dessus les sangles de leurs fauteuils. Voici les explications en deux méthodes (la première étant un peu frustre, la deuxième un tout ch'ti peu plus sophistiquée ) :

Première méthode :

1/ surfiler une pièce de tissu rectangulaire (d'environ 5 cm sur 7 cm minimum) et l'épingler sur l'envers, d'un coin de la découpe précédente (le grand rectangle au milieu du dos) en passant par l'épaule jusqu'au devant ;



2/ dessiner un "T" sur l'endroit pour l'emplacement de la couture (vérifier que le tracé est bien centré par rapport à la pièce qui est sur l'envers) ;



3/ coudre en zig-zag le long du T. L'idéal serait de faire des coutures très serrées les unes contre les autres, comme pour une boutonnière, mais je ne suis pas très douée pour ça donc j'ai préféré jouer la sécurité avec un espace disons... plus "raisonnable" entre les coutures. Bien soigner le début et la fin de la couture en "T" ;



4/ couper aux ciseaux dans l'intérieur du "T". Hop ! C'est fini !!



Deuxième méthode :

1/ Surfiler une pièce en "T" et l'épingler en place sur l'envers ;



2/ Toujours sur l'envers, faire une couture droite en forme de T détouré (c'est à dire faire le tour d'un "T" virtuel) pour fixer la pièce (comme on est sur l'envers on est sûr d'être bien placé par rapport à la pièce) ;

3/ Retourner le vêtement et faire une couture en zig-zag sur l'endroit le long de la couture droite. Couper au milieu du "T". Hop ! C'est fini !!

Et voici le résultat :





J'ai crains un moment (avant l'essayage) de devoir ajouter des scratchs pour "fermer" le T dans le dos mais en fait c'est totalement inutile, il suffit juste de bien passer la main une fois pour mettre en place le tissu, en refermant la forme derrière la sangle, et c'est bon.

 

Visuellement c'est quand même mieux qu'avant, je trouve... en plus, c'est du sur-mesure  !

 

Macha.

Voir les commentaires

Rédigé par Macha

Publié dans #Couture

Repost 0

Publié le 5 Mars 2011

Les repas, des fois, ça peut devenir 'achement compliqué...

 

A ma droite, un p'tit loup dont la courbe de poids stagnait résolument depuis environ un an (à part une petite montée, suivie très rapidement d'une petite descente, il y a deux mois). Un IMC à 9,2, des noyaux de pêche à la place des fesses, une autonomie respiratoire réduite (alors que les poumons vont bien, youpi pour les poumons)...

 

A ma gauche, une loupiote à qui toutes les stratégies établies pour faire prendre du poids à son frère jumeau l'année dernière ont très bien profité. Rebondie de partout, un peu trop potelée même, et au-delà de l'esthétique comme elle prend environ 300 grammes par semaine elle devient difficile à porter (ma colonne vertébrale ayant un peu de mal à suivre)...

 

Et au milieu moi. Comme je me base sur mes goûts personnels pour inventer des menus et goûters qui "font envie" aux enfants, ça me fait envie à moi aussi (voire même à moi surtout) , du coup je grignote et j'ai du mal à stabiliser mon poids. Jusqu'à mes 40 ans je pouvais manger à peu près ce que je voulais - et autant que je voulais - quasiment sans prendre un gramme (oui, je sais, c'est rageant, ah ah ah), mais depuis quelques années je n'ai plus cette chance, hélas .

 

Or donc, pour chaque repas, ça devenait un vrai casse-tête chinois d'essayer de concilier tout ça... surtout si on rajoute à l'équation les goûts différents des uns et des autres. Rien que pour trois personnes, arriver à mettre tout le monde d'accord ça devenait compliqué.

 

Au début de cette année, j'ai décidé de passer Timothée à une alimentation mixée en majorité, pour qu'il se fatigue moins à mastiquer. Du coup, il ne mange pas tout à fait la même chose que nous. Puisqu'il ne mange pas tout à fait la même chose que nous, moi non plus je ne mange pas forcément la même chose que les gosses, et je rajoute des trucs dans son assiette à lui, que je ne rajoute pas pour elle... Nous arrivons donc maintenant à des tables de dîner qui ressemblent à ça :

 

 

C'est du chacun pour soi, et je le vis plutôt bien. Plus besoin de concilier tout le monde, je fais en fonction des besoins des uns et des autres. Chacun a ce qu'il lui faut, et si la base est commune, tant mieux, mais sinon, tant pis. Surtout, ça a donné des résultats spectaculaires : Timothée a pris 1,5 kg sur les trois dernières semaines  !!!

 

Il faut dire qu'il a maintenant une alimentation très particulière, avec des textures majoritairement lisses, et enrichie en aliments hyper-caloriques et hyper-protéinés. La liste Yahoo amyotrophie spinale a participé à mes réflexions sur le sujet, et j'ai même rédigé un petit résumé des stratégies employées pour "engraisser" nos petits en sous-poids (avec quelques recettes), que l'on peut trouver là : Document  - Tableau

 

Allez, avant de finir et pour vous dégoûter à vie de ma cuisine , voici une petite recette hyper-calorique faite il y a quelques jours :

 

Croquettes de dinde au beurre de cacahuètes

 

Ingrédients (pour 2 à 3 personnes) :

- deux escalopes de dinde

- environ 50 g de farine

- chapelure (j'ai utilisé 6 biscottes aux céréales écrasées)

- 1 oeuf

- 2 cuillères à soupe de beurre de cacahuètes

- 2 cuillères à soupe d'huile végétale

 

 

-- mettre la farine dans une assiette creuse

-- battre l'oeuf dans un bol

-- écraser les biscottes ou verser la chapelure dans une autre assiette

-- découper les escalopes en petites lanières

-- faire chauffer à feu moyen (surtout pas trop fort) le beurre de cacahuètes et l'huile dans une sauteuse

-- rouler les lanières de dinde dans la farine (qu'elles en soient bien recouvertes) puis dans l'oeuf battu et enfin les rouler dans la chapelure

-- mettre les lanières panées dans la poêle et les faire dorer des deux côtés.

 

 

-- enfin, découper les croquettes en petits morceaux, saler (poivrer pour les amateurs de sensations fortes) et servir chaud accompagné du légume de votre choix... (Timothée n'aime pas les pâtes, donc purée super enrichie pour lui, pâtes au beurre pour sa soeur).

 

 

Le beurre de cacahuète parfume un petit peu la viande panée, le goût est sympa, ça change un peu... mais c'est évidemment très gras (c'est l'objectif). J'ai essayé sucré (le beurre de cacahuètes) mais les enfants n'ont pas aimé. Alors je le garde comme idée pour la cuisine (salée).

 

Je m'amuse bien. La cuisine, c'est bien la même chose que de la chimie, non  ?

 

Bon appétit  !

 

Macha.

Voir les commentaires

Rédigé par Macha

Publié dans #Cuisine et dépendances

Repost 0